Richesses ignorées ou cachées de petits villages entre les rivières Cèze et Ardèche, avec aussi des personnages extraordinaires, des joies

et parfois des drames...

Vu par un enfant de 12 ans, qui a eu accès à des lieux non ouverts au public

et a réussi à susciter des confidences étonnantes et souvent émouvantes.

Un témoignage inédit et absolument irremplaçable, en 2 DVDs.

 

DVD 2 :

8) Issirac. Belle vue sur les Cévennes et le Mont Lozère. Parcours de quelques rues du village. Rencontre avec un physicien ayant enseigné aux Etats-Unis (frère du chanteur Hugues Auffray) et qui fait part à Jean-Samuel d'une théorie inédite et révolutionnaire sur " l'atome de mouvement ", qui va beaucoup simplifier l'étude des sciences.

9) Cornillon. Village perché injustement méconnu. Visite des ruines du château. Rencontre avec la propriétaire des salles anciennes subsistantes (privées) et de la cour intérieure, qui en fait une visite commentée. Parcours des ruelles anciennes très pittoresques. Visite de l'ancienne chapelle du château et surtout du trésor ancien (orfèvrerie, habits) non accessible au public. Rencontre avec un peintre, qui parcourt le monde pour faire des carnets de route qu'il met ensuite en peinture.

10) St André de Roquepertuis. Vues de l'impressionnante église fortifiée (extérieur et intérieur). Récit, par un témoin, du saccage sacrilège du tabernacle à l'hiver 2003. Parcours des ruelles typiques, avec belle et haute maison ancienne délaissée par son propriétaire américain... Vue du pont sur la Cèze, en partie emporté par les inondations de 2002, malgré sa hauteur.

11) Montclus. Magnifique village ancien très bien restauré, avec ruines d'un château et donjon impressionnant. Visite (à titre exceptionnel) des salles du château, du donjon, et de la terrasse avec vue panoramique. Histoire du château par un ami du comte de Voguë. Parcours des ruelles tortueuses. Le dangereux pont sur la Cèze, étroit, bombé et sans protection. Vue d'une maison inondée sur 3 mètres de haut. Dans la garrigue, visite d'un énorme effondrement de terrain (comme un iceberg) suite aux pluies torrentielles de 2002, avec vallée là où il y avait jadis une plaine...

12) Le drame du hameau des Crottes à Labastide de Virac. (53'35''). En 1944, les 15 habitants du hameau ont été fusillés par les Allemands et les maisons détruites ; on appelle cela l'Oradour Ardéchois, mais c'est très mal signalé et complètement méconnu. Jean-Samuel a été surpris qu'une des victimes était à peine plus âgée que lui, et il s'est beaucoup impliqué dans cette histoire. Il s'est vite aperçu que les récits de l'époque étaient très peu objectifs, par animosité d'après-guerre contre les Allemands. Il a cherché et rencontré les derniers témoins de l'époque, qui avaient moins de 20 ans alors : le cousin du plus jeune fusillé, un rescapé de la tuerie car il était absent, un prisonnier des Allemands, et l'enfant de choeur (11 ans) qui ouvrait la marche des funérailles. Toutes ces personnes ont parlé bien plus librement à Jean-Samuel que devant les caméras de FR3, et ont révélé la vraie histoire, avec même des objets personnels confiés par une tante à son neveu, la veille du drame, objets jamais montrés.

Grâce à ces témoignages et aux pièces d'archives, Jean-Samuel a pu reconstituer toute l'histoire, avec les détails poignants de l'exécution (au moyen d'une maquette) ; c'est la toute première fois qu'on a un récit complet et objectif. Jean-Samuel est intervenu en personne auprès du maire et puis devant le Conseil Communal pour qu'on préserve les deux dernières maisons en ruines ou qu'on mette au moins une plaque sur les maisons pour rappeler qui y vivait. Le maire a apprécié la démarche de Jean-Samuel mais a trouvé plein d'obstacles pour ses demandes. Il a cependant invité officiellement Jean-Samuel pour le 60e anniversaire, le 7 mars 2004. Cette cérémonie a été filmée aussi ; le maire (qui avait vu la partie déjà existante du documentaire) a tenu à présenter Jean-Samuel aux autorités, en vantant son travail, et le Préfet, impressionné, a demandé une cassette pour la présenter lui-même au Concours National de la Résistance, en "souhaitant" que ce soit primé... Durant l'apéritif qui a suivi, Jean-Samuel, trouvant que c'était trop dissipé vu les circonstances, a préféré se rendre au cimetière pour jouer un air de flûte recueilli devant la tombe des plus jeunes victimes. Cela se termine par une splendide vue sur l'Ardèche, à proximité de ce hameau sanglant, " la nature consolant de bien des choses ", dit Jean-Samuel...

 

pour commander le DVD

retour...