Les Adultes

(ou: de la Détresse à l'Espoir)


(24) "Détresse". Le jeune, devenu adulte, a (hélas) perdu ses illusions, son enthousiasme, voire même son emploi: de DO# majeur, on se retrouve en do mineur, dans une situation de détresse, de tristesse, où l'on se plaint, mais il subsiste un désir d'en sortir: les lignes musicales descendantes sont accompagnées de notes remontantes, mais moins, de même que le thème chromatique. Un court passage en Voix Céleste suggère un "mieux" apporté par des moyens artificiels, mais cela ne résoud pas les problèmes (retour du thème chromatique). Vers la fin du mouvement, on se force péniblement à remonter la pente, mais on sent qu'on ne s'en sortira pas seul: la dernière mesure est un véritable appel au secours, sur les jeux d'anches.


(25) "Kyrie". Entré, un peu par hasard, dans une église, on y retrouve une atmosphère apaisante (d'où la tonalité de Mi majeur); des voûtes descend un Kyrie dépouillé et calme, chanté par une voix d'enfant. Ce Kyrie, tout en majeur, est un peu utopiste et le réconfort qu'il apporte assez fragile.


(26) "Ave Maria". Le réconfort modeste apporté par le Kyrie se traduit par une page en la mineur qui suggère que, si cela va un peu mieux, tout n'est pas résolu. Le recours à la prière étant peut-être un moyen à essayer, on attaque l'Ave Maria de façon abrupte (voix d'enfant) en sol mineur, comme une dernière chance que l'on saisit. La confiance revient, et on passe rapidement au Fa majeur et au La majeur; au "Sancta Maria", c'est une exclamation d'espoir (en f, avec mixtures et fonds 32') et on passe en Ré majeur. Après un double Amen chaleureux, les dernières mesures expriment une certaine sérénité retrouvée.


(27) "Décidé". Tout cela était bien beau, mais il faut revenir aux réalités, soit un demi-ton plus bas: do# mineur. On prend son courage à deux mains: la main gauche, énergique, qui s'oppose à la main droite, encore plaintive. Le même thème est répété: avec des "fausses notes", au début, ce qui oblige à recommencer, comme dans la vie où tout ne va pas d'emblée. Progressivement le thème s'enrichit et prend de la force, pour terminer dans une exclamation de victoire finale, en Do# majeur.